lundi 15 novembre 2010

Diwally, nous a donné un week-end de quatre jours, du coup c’est parti pour 13 heures de bus direction Jaisalmer. En bus de luxe couchette s’il vous plait. C’est fini les bus gouvernementaux pour étudiants. Ça m’a pas empêché de faire des bons de 40 cm à chaque fois qu’il y avait des bosses sur la route. Bon, mise à part le voyage en bus c’était trop bien !

La ville de Jaisalmer est vraiment magnifique, c’est une des rares fois où j’ai trouvé que la ville a du charme. Toutes les portes et les fenêtres sont sculptées, je ne sais pas comment les décrire allez juste regarder les photos.

En plus de la ville, l’attraction de cet endroit est le safari en chameau. On s’est fait trois jours dans le désert, perdu au milieu de nulle part. On a rencontré quelques villages et rien de plus.

Notre petit groupe était constitué de Khan, le chef chamelier et Mana un petit gars de treize en apprentissage, Mathieu un autre VIE à Alstom, et moi. Les journées étaient remplies par 3 heures de chameau le matin, tchai, déjeuné préparés par le chef sur feu de bois(riz, chappattis, ratatouille, indienne, très bon) puis repos pour cause de grande chaleur, 1-2 heures de chameau pour atteindre une dune, couché de soleil, tchai, repas, et pour finir, nuit à la belle avec un ciel magnifique. Mise à part que le chameau, c’est pas le moyen de transport le plus confortable, c’était vraiment chouette, je le conseille.


Melon d'eau, et oui, même au milieu du désertCours de Chapatti












Diwalli

Les fêtes de Diwalli sont l’équivalent de nos fêtes de fin d’années. C’est le nouvel an dans le calendrier hindu. Du coup c’est bonne bouffe, même à la cantine d’Alstom, beaucoup de sweet, des guirlandes lumineuses partout, 4 jours de vacances (voir le poste suivant), pétards et feu d’artifice.

Le jeudi soir, avec toute la R&D team (enfin ceux qui n’étaient pas encore partis en vacances) on s’est retrouvé devant le bâtiment pour jouer avec des pétards. He he he. Les normes de sécurité en Inde étant presque inexistantes, j’ai cru plus d’une fois qu’on allait foutre le feu au bâtiment ou bruler quelqu’un, mais ça c’est bien terminer, et c’était bien fun.

J’en profite pour mettre des photos de quelques uns de mes collègues et du building.







Navratri



Neuf soirs durant lesquels la danse est reine. Ça peut être à petite échelle, dans la rue où quelques dizaines de personnes dansent ensemble, ou alors à très grande échelle et là c’est plusieurs milliers.

Le principe de ces nuits c’est d’avoir un orchestre au milieu de la piste et tout le monde autour, mais attention, c’est pas le bordel. Il y a des pas à apprendre et tout le monde danse ensemble en rond autour de l’orchestre. Pour vous donner une idée, c’est un Festnoz à l’indienne.

Biensûr, j’y suis allée, et tant qu’à faire je suis allée au plus gros de Baroda. Le samedi soir, ils ont battu le record du plus grand nombre de pieds à danser ensemble sur une même piste. C’était fou. Le détail qui rend la soirée magique est qu’il faut s’habiller en habit traditionnel.

Pour la petite histoire, quand je suis allée acheter mon costume de scène on m’a montré vite fait comment le mettre, et en gros c’est le bide totalement à l’air. Très confortable. Du coup le premier soir, bien avant le départ de la fête, j’ai traversé tout Baroda le ventre à l’air pour aller acheter mon billet. J‘ai fait la queue spéciale fille, et bizarrement j’étais la seule en costume… et c’est que quelques heures plus tard que je me suis rendu compte qu’une partie du foulard servait pour cacher le ventre. Je me suis sentie très con et très nue.

Vous avez le grand privilège de voir mes premiers pas sur la piste, je vous assure après c’était bien moins coincé du cul. ;-)





video video